Chargement en cours

Donner une information précise et neutre sur les OGM

Donner une information précise et neutre sur les OGM - France

seeds-1302793_1920.jpg

INF'OGM

Depuis 1999, l’association Inf’OGM, veille citoyenne d’information sur les OGM, mène un travail de suivi de l'actualité, d'analyse de l'information et de sa diffusion aux acteurs du débat (élus) et au grand public (en particulier journalistes, paysans et militants), avec notamment, comme une de ses missions, la construction du débat citoyen. Elle est aujourd’hui reconnue comme association d’intérêt général.

Son conseil d’administration est composé de personnes physiques issues des principales organisations de la société civile préoccupées par l’irruption des plantes transgéniques dans les champs et les assiettes, notamment des syndicats de paysans, de consommateurs, et d’associations d’environnementalistes. Ce rapprochement assure à Inf’OGM d’être toujours au plus près des « besoins de la base ».

Inf'OGM décline son travail en trois grands champs : des publications d'information sur les OGM, une expertise juridique et un soutien à la mise en place d'autres veilles citoyennes thématiques.

LE PROJET

Pour que le débat citoyen puisse émerger et que l'ensemble de la société puisse prendre des décisions en connaissance de cause, il est primordial de rendre l'information accessible, compréhensible et contextualisée.

En 2013, en parallèle de ce travail sur les OGM, Inf'OGM a décidé de créer une Veille Citoyenne d'Information sur les Semences, en partenariat avec le Réseau semences paysannes (RSP). Ce programme consiste à écrire des articles et brèves sur les semences afin d'informer le grand public, mais aussi les acteurs clés de ce dossier (paysans, scientifiques, élus, etc.). L'objectif est de faire connaître les initiatives originales, notamment en matière de semences paysannes, et le développement des semences industrielles. 

Localisation

Le siège de l'association est basé à Montreuil dans la région parisienne mais les articles et brèves seront publiés sur leur site internet ainsi que dans le Journal Inf'OGM. 

Contexte

La question des semences fait l’objet de nombreux débats, car elle touche la question des brevets et de l’appropriation du vivant. De plus, elles sont soumises à un cadre juridique extrêmement complexe et peu lisible, et confrontées à de multiples champs législatifs et réglementaires séparés les uns des autres.

Pour clarifier le débat, Inf’OGM a souhaité mettre en place une Veille Citoyenne d’Information sur les Semences (VCI S). Tout en publiant des articles journalistiques résultants d’enquêtes approfondies et reflétant les diverses sensibilités sur le sujet, l’objectif est de proposer une position « citoyenne » par rapport à une position plus institutionnelle ou privée. 

Une Veille citoyenne d'information est "une instance de service au public", c'est-à-dire un groupe de citoyens pluridisciplinaires, qui a pour objectif d'informer et d'ouvrir le débat sur des thématiques d'intérêt général et pour lesquelles le grand public a peu accès aux informations. « Les informations produits sont rigoureuses mais pas neutres, car elles appellent au débat et, directement ou non, à l'action pour changer les modes politiques de choix technologiques et "mettre la technoscience en démocratie". »

Objectifs du projet

L’objectif de la Veille Citoyenne est à terme d’être assimilée à une agence indépendante d'informations critiques sur les semences (dont les semences paysannes), effectuant un travail de veille et véhiculant une information vérifiée, argumentée et contextualisée.

  • Contextualiser davantage les informations en enquêtant sur le cadre global dans lequel elles se situent (contexte politique, scientifique, juridique, etc.) et les réactions des acteurs concernés (selon les cas, élus, entreprises, agriculteurs, consommateurs, etc.).
  • Rendre accessible les questions techniques et complexes des semences à un public large : paysans, autres producteurs de semences reproductibles, société civile, relais d'opinion, décideurs.

Résultats attendus et activités

Rédaction d'articles sur les semences par un salarié encadré par son rédacteur en chef, des membres du Réseau Semence Paysanne et le comité de rédaction.

A titre d'exemple, les sujets traités pourront être la question de la commercialisation des semences à travers les réformes européennes, la situation des semences en France, dans le monde, les stratégies industrielles ou les programmes de sélection participative.

Pour que les articles mensuels et les brèves puissent être diffusés à un maximum de lecteurs, la VCI S pourra s'appuyer sur des moyens de diffusion existant (le journal et site web d’Inf’OGM) ainsi que ceux d’organisations partenaires. La grande presse agricole pourra aussi être sondée, voire la presse généraliste si le thème le permet, comme le thème des brevets dont les citoyens sont sensibles. 

Parties prenantes

Inf’OGM souhaite s’appuyer sur l’expérience et les connaissances dans le domaine des semences du Réseau Semences Paysannes (RSP). Inf'OGM et RSP partagent des visions communes (par exemple approche participative de la recherche en co-construction) et souvent des publics communs.

Le réseau Semences Paysannes, a été créé en 2003 et a pour objet de créer et d’animer un réseau de savoirs et de savoir-faire ayant pour but de favoriser, développer et promouvoir la gestion dynamique de la biodiversité dans les fermes et les jardins, la conservation, la sélection et la multiplication de semences et plants issus de variétés adaptées à un terroir ou à des modes de production agro-écologiques. Les actions contribuant à cet objet sont la collecte et la diffusion des savoirs, savoir-faire et informations existants, l'implication dans les programmes de recherche et de sélection participative, la formation, la valorisation des pratiques paysannes, l'expérimentation et le plaidoyer pour la reconnaissance juridique des semences paysannes. 

Financement

En 2013, le budget total pour cette veille s’élève à 21 000 € en temps de travail et la fondation Terra Symbiosis y participe à hauteur de 10 000 €. 

Pour participer aux projets

Pour soutenir l'action de la fondation Terra Symbiosis, vous pouvez faire un don par courrier et par chèque :

1. Télécharger le formulaire de don.

2. Renvoyer le formulaire accompagné de votre règlement (chèque) par courrier à :

FONDATION TERRA SYMBIOSIS
4 rue Wencker
67000 Strasbourg