Chargement en cours

Un jardin-école agroécologique

Un jardin-école agroécologique - Maroc

Jardin Mandala. Ph2.jpg

FRANCE MAROC AU COEUR

France et Maroc au cœur, créée en août 2011, a pour objet la création et l’aide à la création de regroupements solidaires entre personnes, associations, institutions, collectivités, groupes et réseaux visant l’amélioration des conditions de vie en environnement naturel, le développement du tourisme solidaire et les échanges culturels. L’association opère sur le double champ géographique de la France et du Maroc.

Les domaines de base concernés par l’objet de l’association sont le développement durable - la protection de l’environnement, le soutien au commerce équitable, le développement local de proximité, la promotion de l’agriculture biologique et de l’agroécologie, etc. -, le développement humain et le dialogue entre les cultures.

LE PROJET

L'association France et Maroc au Cœur a des objectifs ambitieux de créer un site développant l'agroécologie au Maroc, dans le petit village d'El Hamri dans la province de Chichaoua, région aride et précaire proche de Marrakech.

Le projet doit d'abord démarrer par la mise en place d'un jardin-école de 1,50 ha qui sera appelé à être un lieu pédagogique de formation à l'agroécologie, un lieu de production maraîchère et fruitière, un lieu de recherche et d'expérimentation et un lieu de commercialisation directe. 

Ainsi le jardin-école veut démontrer, dans une région pauvre et aride du Maroc, que l'on peut redonner le goût de l'agriculture, augmenter les rendements des cultures et réduire la pauvreté rurale. Il se veut facteur de changement écologique, économique et social.

Galerie Photo

Terre.jpg
Terrain Jardin.jpg
AG.jpg

Localisation

Le projet de jardin-école se situe dans le cercle de Mejjat, caïdat de Sebt des Mzouda, dans la province de Chichaoua, située dans la nouvelle région de Marrakech-Safi.

Contexte

La province de Chichaoua est d’une superficie de 6 872 km2 et d’une population de près de 340 000 personnes, à 87% rurale. Elle est caractérisée par trois zones distinctes : une zone de plaine, une zone de plateaux et une zone piémontaise reliant la plaine à la chaîne du haut Atlas.

Le climat est continental semi-désertique, marqué par l’insuffisance et l’irrégularité des pluies.

La province de Chichaoua est très versée dans l’agriculture, employant une part importante de la population. Prédominent la céréaliculture (orge et blé tendre) et l’arboriculture (oliviers, abricotiers, pommiers) ainsi que l’élevage. Le maraîchage est peu développé. De manière générale, l’insuffisance de la production locale est criante et l’essentiel de l’approvisionnement de la province vient des autres provinces du Royaume.

Les conditions sociales restent encore très précaires dans cette province. Ainsi France et Maroc au Cœur souhaitent conduire 4 projets correspondant à 4 droits humains fondamentaux :

  • droit de se nourrir en travaillant  avec le projet de jardin-école agroécologique à El Hamri,
  • droit de s’éduquer : projet de soutien à l’école d’El Hamri, avec éducation à l’environnement à travers un jardin pédagogique,
  • droit de se soigner : projet d’aide à une médecine de proximité pour les douars autour d’El Hamri (à l’étude),
  • droit d’exprimer son talent créateur : Projet d’aide aux artisans et artistes de la région de Marrakech (à l’étude),

Pour chacun de ces projets, l’association s’appuie sur un partenariat local d’organisations, institutions, associations et fondations marocaines et françaises.

Objectifs du projet

Les objectifs du jardin-école sont de :

  • Promouvoir l’agroécologie comme alternative agronomique naturelle, améliorant les conditions de vie et l’autonomie des communautés par la souveraineté et la salubrité alimentaire et par la création d’activités génératrices de revenus tout en préservant les patrimoines nourriciers.
  • Promouvoir un concept d’alimentation saine concourant à la santé des producteurs et des consommateurs, au respect de l’environnement et des ressources naturelles.
  • Revaloriser le métier et les savoir-faire des paysans, améliorer les revenus des producteurs locaux, améliorer les conditions de vie des familles.
  • Contribuer à la création d’un marché local et de débouchés durables pour les produits agroécologiques. Idéalement, il s’agit de créer petit à petit une filière agricole biologique, équitable et locale, de la production à la commercialisation.

Résultats attendus et activités

  • Mise en place du jardin :

Une attention particulière sera portée à la préservation de l’eau, au traitement du sol, au respect de la biodiversité, à la gestion de l’énergie, à l’organisation de la production maraîchère.

Il s’agira de créer et faire fonctionner le jardin-école sur un terrain en location de 1,5 hectares, en partenariat avec une association faisant la promotion de l’agroécologie qui mettrait à disposition le technicien agricole encadrant. Le terrain est environné de terrains souvent en friches qui pourraient être remis en culture. Un jardinier responsable du site, un ouvrier agricole ainsi qu’un gardien seront recrutés.

  • Un lieu pédagogique : 

Le jardin-école devra progressivement sensibiliser par des stages aux principales techniques et cultures agroécologiques, adoptant un plan global d’interventions comprenant :

  • la formation initiale de groupes de stagiaires expérimentateurs (une quinzaine de producteurs),
  • un système de suivi-accompagnement de ces expérimentateurs, fondé sur des visites techniques régulières,
  • des formations spécialisées adaptées aux spécificités et produits du terroir local.

Parties prenantes

  • L’association France et Maroc au Cœur va suivre et coordonner le projet.
  • Au Maroc, Terre & Humanisme Maroc a été approchée pour la formation des stagiaires.
  • Sur le volet éducatif de soutien de l’école d’El Hamri, Zakoura Education, fondation d’utilité publique basée à Casablanca sera partenaire. Les enseignants de l’école seront parties prenantes à travers une convention.
  • Des partenaires universitaires sont à Mulhouse, Strasbourg et Marrakech. Ils aideront à formuler la dimension d’innovation sociale du projet de jardin-école. Des universitaires marocains aideront sur la question des plantes aromatiques et médicinales du Maroc.
  • Les bénéficiaires du projet seront des agriculteurs désireux de se reconvertir dans l’agriculture solidaire, mais aussi toutes les personnes qui ont ou voudront avoir une parcelle privée à cultiver pour sortir de leur pauvreté, accéder à l’autosuffisance alimentaire et se réinsérer.
  • En parallèle, les enfants de l’école bénéficieront d’une éducation à l’environnement, théorique et pratique, dans le jardinet pour enfants du jardin-école.

Financement

La fondation Terra Symbiosis finance la mise en place de ce jardin pilote ainsi que des formations en agroécologie à hauteur de 3 000 € pour 2013 et 6 000 € pour 2014-2015.

Pour participer aux projets

Pour soutenir l'action de la fondation Terra Symbiosis, vous pouvez faire un don par courrier et par chèque :

1. Télécharger le formulaire de don.

2. Renvoyer le formulaire accompagné de votre règlement (chèque) par courrier à :

FONDATION TERRA SYMBIOSIS
4 rue Wencker
67000 Strasbourg